logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
VAILLAT, Emile Charles [FESSARD dit ?]
Typographe – Paris
Article mis en ligne le 1er juillet 2014
Dernière modification le 13 septembre 2018

par ps

Emile Vaillat, dont le véritable nom pourrait être Fessard et que Jean Grave qualifiait de « très intelligent  », avait été en juillet 1880 le délégué du Groupe d’études du VIème arrondissemnt au congrès ouvrier, dit du Centre, tenu à Paris et auquel participèrent également Jean Grave, Lemâle et Jeallot qui s’y opposèrent en vain à l’adoption du suffrage universel comme forme d’action révolutionnaire.

Fin mai 1881, suite aux incidents survenus lors de l’ouverture du congrès socialiste du Centre tenu à Paris, où les délégués anarchistes avaient été refoulés après avoir refusé de donner leurs noms, les compagnons et autres dissidents s’étaient constitués en congrès indépendant réunis 103 boulevard de Ménilmontant. Ce congrès, présidé par Maria (voir ce nom) avait regroupé une centaine de participants dont Emile Gautier, A. Crié (cercle du Panthéon), Victorine Rouchy (Alliance socialiste révolutionnaire), Bernard (chambre syndicale des homes de peine), Spilleux dit Serraux (mouchard), Emile Pannard (groupe La Révolution sociale) et Vaillat (groupe d’études sociales révolutionnaires).

Vaillat cosigna avec Guillet un mandat pour déléguer Victorine Rouchy au congrès international de Londres, en juillet 1881, dont l’enjeu était la reconstitution de l’Association internationale des travailleurs.

Il était membre début 1882 du Groupe de propagande anarchiste de Paris avec notamment Emile Gautier, A. Bérard, E. Baillet, Courapied, G. Faliés, Gallois, Lagarde, Molin et Thomachot. Le groupe publia plusieurs placards dont l’un intitulé" Mort aux voleurs. Anti-organisateur, Vaillat prônait l’autonomie de chaque groupe, pas de conseil central, pas de caisse centrale... Lui-même participa à la réunion internationale de Genève du 12 au 14 août 1882, organisée par la Fédération jurassienne (voir Herzig). Il y avait notamment affirmé que le parti anarchiste à Paris regroupait 11 sections avec un total de 8500 adhérents. Selon la police, il y avait été convaincu par Bordat d’aller avec lui même et Michel, délégué de Cette, à Lyon pour y tenir le 16 août, à la salle de la Perle de La Croix Rousse, une conférence de soutien à Bonthoux et Crestin poursuivis à la suite d’articles parus dans L’Etendard révolutionnaire (Lyon) et protester contre les poursuites engagées contre Le Droit social.

Vaillat fut arrêté le 21 octobre 1882 avec Jean Grave, Arsène Crié et Hémery-Dufoug lors de l’enquête sur la « bande noire » de Montceau les Mines. Tous quatre furent relâchés peu après.

Début 1883 il fut, avec Mege (ou Meige ?), l’un des organisateurs de réunions publiques du groupe La Vengeance anarchiste avec comme oratrice Louise Michel.

Fin 1885 il était signalé comme membre du groupe La Jeunesse anarchiste du XVème (ancien groupe Les Misérables) avec notamment Hemery Dufoug, Arcougeon, Lefevre, Lecomte , Miche, Destrez et Sureau.

Il aurait par la suite quitté le mouvement anarchiste et serait devenu bookmaker (1890).


Dans la même rubrique

0 | 5

VALENTIN BLASIO , Francisco
le 23 janvier 2019
par R.D.
VALERO, Georges
le 2 octobre 2018
par R.D.
VALECAMPS, Gustave, Auguste
le 2 juin 2016
par ps
VALECAMPS, Fernand, Lucien
le 24 mai 2016
par ps
VAILLANT, Auguste
le 9 novembre 2015
par ps ,
Anne Steiner