Bandeau
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
ALBRAN, Henri, Elisée
Né le 28 octobre 1857 à Bourg-les-Valence (Drôme) - Colporteur de journaux - Marseille (Bouches du Rhône) - Toulon (Var)
Article mis en ligne le 31 mars 2007
dernière modification le 2 mai 2018

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 30.8 ko
Henri Albran

En 1894 Henri Albran (parfois orthographié Albrand) était domicilié à Marseile où il fut l’objet le 10 juillet 1894 d’une perquisition qui ne donna aucun résultat. Dès le moi suivant la police signalait qu’il était parti pour Toulon avec Marie de Saint Rémy. Il fut arrêté et écroué à Toulon à la mi-août après que, lors d’une perquisition à son domicile 7 rue Bon Pasteur, aient été trouvé des écrits permettant d’établir qu’il avait été l’auteur des inscriptions anarchistes sur des enveloppes contenant la déclaration d’Emile Henry, trouvées le 6 août dans la boite aux lettres du Maire à l’Hôtel de ville : dix extraits de la déclaration d’Emile Henry dans une enveloppe où était inscrit "A bas les socialos parce que vous êtes tous des ramollis et des lâââches, Vive l’Anarchie !". Une autre enveloppe destinée au Commissaire et contenant 4 exemplaires de la déclaration était accompagnée de l’inscription "Vous ne parviendrez pas Vampire à arrêter le mouvement anarchiste. A bas les policiers ! Vive l’Anarchie ! Mort à vous, crapule !". Une dernière enveloppe, sans adresse, avait été déposée, avec diverses inscriptions "Sous chaque pavé il y a une bombe vengeresse", "Bravo Caserio", "Du pain ou la dynamite parlera !", "Vive l’anarchie, c’est la pure liberté", "Nous les vengerons ces martyrs". Il fut condamné début septembre à 6 mois de prison.

Le 11 août, une notice individuelle avait été établie à son nom, indiquant qu’il avait été signalé comme "anarchiste dangereux" par le commissaire du 3e arrondissement de Marseille et qu’il logeait et prenait ses repas chez la veuve Teissier, dite Saint Rémy.

Colporteur de journaux à Toulon, un rapport de police de mai 1896 signalait la saisie de 70 exemplaires du Libertaire au domicile d’Henri Albran au 18 rue Armedieux (sic : en fait rue Larmodieu). Albran, bien que privé de ses droits civils et sous la menace de contraintes par corps, a été également très brièvement en 1896 le gérant du journal Le Christ Anarchiste (Toulon, 12 numéros de juin 1895 au 15 janvier 1897) où il avait remplacé Joseph Babinger. Ce journal avait été fondé par Marie Andrieux, épouse Teissier, dite Marie de Saint Remy auteur du livre « Les dieux des anarchistes » (1899) et qui avait hébergé Albrand à Marseille au début des années 1890 . Le 19 juin 1895 il avait été arrêté à Le Beausset (Toulon) et condamné pour "coups et blessures" à 3 mois de prison qu’il avait purgé à Aix. Le 9 novembre 1895 il avait été l’objet d’une condamnation par le tribunal correctionnel de Toulon.

Au printemps 1896 il circulait avec Babinger dans les Hautes Alpes comme représentant d’une maison en ferblanterie. Le 13 juin 1896 Albrand était détenu pour dix jours (contrainte par corps, pour payer les frais d’un jugement). Le 29 juin à La Seyne, il était à nouveau arrêté et ses journaux étaient saisis. Ils lui seront rendus le lendemain. Le 4 juillet il était une nouvelle fois arrêté et emprisonné pour contrainte par corps.

Le 26 février 1897 il avait été arrêté avec Marie de Saint Remy suite à un article paru dans le journal (n°12, 15 janvier 1897) menaçant de mort diverses têtes couronnées si les 8 anarchistes de Montjuich condamnés à mort, étaient exécutés ; ils furent remis le lendemain en liberté provisoire et participèrent à une réunion pour y fêter leur libération avec une dizaine de compagnons.

Le 21 septembre 1897 il fut avec Jeanjean l’un des assesseurs de la conférence "La révolution est elle nécessaire ?" de Henri Dhorr à Toulon.

En août 1899 il fut signalé comme ayant disparu de Toulon avec un nomme Laplanche. Tous deux furent ensuite localisés à Saint Etienne et à Lyon.

En 1900- 1901, Albran qui demeurait auparavant rue Alézard à Toulon, circulait sur la Côte d’Azur (Draguignan, Gonfarron, La Ciotat, Marseille, Nice...) comme colporteur et diffusait la brochure La séquestrée de Poitiers en compagnie d’un nommé Perdigon.

En juillet 1901 il était signalé à Nice où il fut fiché et photographié avant de partir pour Dragugnan et Toulon.
Le 19 juillet 1902, il était de nouveau signalé à Nice où il logeait au restaurant Bovis, 3 rue Saint François, puis, le 27 juillet partait pour Grasse et, le 30, était signalé comme se dirigeant à pied vers Cannes.
En mars 1903 il était signalé comme circulant à pied entre Antibes, Cagnes et Nice.

Inscrit à l’état vert n°1 des anarchistes disparus et nomades, il n’avait pas été maintenu sur les états verts n°2 et 3, après s’être fixé à Toulon. Toutefois, ayant repris sa vie nomade, il fut de nouveau inscrit à l’Etat vert n°4 (avril 1904).

En juillet 1905, il continuait de circuler à pied, en train ou en tramway entre Nice, Cannes et Toulon.

En janvier 1907 il fut l’un des 31 signataires pour la section de Toulon de l’AIA de l’affiche Conscrits appelant les soldats à mettre crosse en l’air. (Voir Augustin Bayle pour la liste des signataires). Il résidait alors 19 rue de l’équerre à Toulon.

En juillet 1907 la police signalait qu’il avait quitté Grasse à pied, pour Draguignan, en vendant des chansons.

P.S. :

Sources : ADVar 10 T 3-4 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier...", op. cit. DBMOF T.10) // Libertaire, 11-17 juillet 1896// R. Bianco « Un siècle de presse… », op. cit. // AD Var 1M240, 1M242, 4M275 (Dossier Albrand), 3Z101// Le Christ anarchiste, n°12, 15 janvier 1897 // La Sociale, année 1896 // Etat signalétique confidentiel des anarchistes disparus et des anarchistes nomades, n°4, avril 1904 // Notes de Dominique Petit // AD Alpes Maritimes 4M490 //


Dans la même rubrique

0 | 5

AGERON, Marie
le 28 juillet 2018
par R.D.
ALGERI, Alessandro
le 2 mai 2018
par R.D.
AICARDI, Domenico, Masa
le 2 mai 2018
par R.D.
AFFILE, Pierre-Marie
le 2 mai 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
ALGERI, Fulvio
le 30 avril 2018
par R.D. ,
Dominique Petit


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2