logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CROISET, Hijman
Né le 18 juin 1877 à Delft (Pays Bas) – mort le 25 décembre 1925 - Comédien – France – Amsterdam
Article mis en ligne le 15 juin 2018
Dernière modification le 14 avril 2019

par Guillaume Davranche, R.D.
Hijman Croiset

Dans ses Mémoires, Francis Jourdain décrit cet individualiste comme un «  rouquin hollandais d’origine française » grand mangeur de cacahuètes.

Sorti de l’école de théâtre en 1901, Hijman Croiset devint comédien. Anarchiste et libre-penseur, il participa au congrès antimilitariste d’Amsterdam en 1904, qui fonda l’Association internationale antimilitariste (AIA).

Le 12 mars 1905, salle Jeuilly à Montreuil, il intervint en tant que « représentant des Pays-Bas » à un meeting de l’Association internationale antimilitariste (AIA) avec Marcel Sembat, Georges Yvetot et Liard-Courtois..

En août 1907, il participa au congrès anarchiste international d’Amsterdam, grâce auquel il entra dans l’Histoire en s’écriant : « Ma seule devise c’est : moi, moi, moi... et les autres ensuite !  » Il donnait en effet la réplique à Amédée Dunois dans le débat sur Anarchisme et organisation dont il était l’u des rapporteurs avec Thonar et Dunois..

En 1910, un de ses enfants hors mariage, naissait à la colonie anarchiste de Walden.

Le 31 août 1913, il participa au grand meeting pacifiste de La Haye, où il traduisit les discours de Fritz Kater et Pierre Martin.

En 1918 il fut candidat aux élections législatives pour le Parti socialiste.
Il avait alors publié une demi-douzaine de brochures contre la religion et contre l’Église.

Secrétaire du syndicat des acteurs, il fut particulièrement actif en 1920 lors d’une grève.

Hijman Croiset est mort à Amsterdam le 25 décembre 1925.

Sa femme, Alida Van Dijk (née en 1879) a été assassinée en 1942 au camp d’extermination d’Auschwitz comme six de ses frères et sœurs.


Dans la même rubrique