logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PIERMATTEI, Ugo
Né à Rome le 5 mars 1893 – mort le 31 décembre 1942 - Electricien ; peintre – Rome
Article mis en ligne le 17 octobre 2019

par R.D.

Ugo Piermattei, que la police dérivait dans se premiers rapports comme « un homme d’intelligence modérée et de culture médiocre" travailla longtemps aux pompes funèbres puis comme peintre dans diverses entreprises. Il fréquentait assidûment les réunions anarchistes, en lisait la presse et faisait de la propagande sur son lieu de travail.
Il participait aux manifestations anticléricales organisées par les anarchistes et le 3 février 1911 avait été blessé avec les frères Capecch alors qu’ils étaient en train d’écrire “Viva Masetti, viva l’anarchia”.
Il fut l’un de signataires d’un article contre la guerre en Libye paru dans La Ragione (Juin 1912). Très impliqué dans l’agitation antimilitariste, il fut nommé représentant du groupe anarchiste Pietro Calcagno au Comité d’agitation et de soutien au soldat anarchiste Antonio Moroni et contre les compagnies de discipline. En 1913 il avait été appelé sous les drapeaux à Piacenza avant d’être réformé en octobre.

Lors de la Première guerre mondiale, il se prononça en faveur de l’intervention de l’Italie et fut l’un de signataires en octobre 1914 d’une Déclaration des anarchistes indépendants d’Italie en faveur de cette intervention et parue dans le journal La Sfida.
En 1915 il aurait été arrêté pour « outrage à la pudeur » mais aurait été amnistié en juillet. Pour échapper à la pression policière dont il était l’objet, il quittait Rome pour Lugano, mais revenait rapidement à Rome. En 1915 il fut appelé sous les drapeaux et donnait son adhésion au Manifeste dit des 16 , des anarchistes inerventionnistes (voir Jean Grave) en février 1916. Sur le front il contracta la malaria et fut hospitalisé avant d’être libéré en janvier 1919.

Lors de la montée du fascisme, il adhéra au groupe Arditi del Polpolo dont l fut nommé membre de la direction romaine. Arrêté alors qu’il affichatit un manifeste pour une réunion anarchiste, il fut de nouveau arrêté en décembre 1926 et condamné à 5 ans d’isolement dans les îles. Il fut d’abord interné à Lampedusa, puis à Ustica où il fut signalé comme membre du collectif clandestin des internés , puis à Lipari et enfin à Ponza. En mars 1929 sa peine fut commuée en réprimande, dont il fut acquitté en septembre 1930. La police ne signale aucune action entre 1931 et 1942 où il était toujours surveillé et décédait le 31 décembre 1942.


Dans la même rubrique

0 | 5

PIERUCCI, Franceso
le 6 octobre 2019
par R.D.
PINTON, Pietro
le 11 août 2019
par R.D.
PINCHON, Eugène
le 1er avril 2019
par R.D.
PINOL RUBI, Angel
le 13 janvier 2019
par R.D.
PIFFER, Madeleine
le 18 novembre 2017
par R.D.