logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PREZIOSI, Anselmo
Né le 15 mai 1889 à Rome – mort le 25 mars 1945 - Mécanicien – UAI - FCL – Rome
Article mis en ligne le 16 décembre 2019

par R.D.

Né à Rome le 15 mai 1889 d’Antonio et Rosa Acconciamessa, Anselmo Preziosi fut un actif militant anarchiste et syndical à Rome depuis l’avant-guerre Il développa une intense propagande politique à travers la diffusion de la presse libertaire, mais aussi à travers des conférences et rencontres avec des militants romains. À plusieurs reprises arrêté et condamné pour insulte et résistance, il avait été condamné à la réclusion à perpétuité pendant la Première Guerre mondiale.

Dans l’immédiat après-guerre, il était l’un des représentants anarchistes romains les plus actifs et les plus éminents de la Chambre du travail locale , participant à toutes les manifestations d’opposition au mouvement fasciste. En septembre 1920, au plus fort de l’occupation des usines Preziosi – avec notamment Lelli Mazzini – s’opposa fortement lors de la réunion du Conseil général du Conseil de la Chambre du travail romain du 11 septembre, à l’hypothèse d’un accord national, de la Fédération communiste anarchiste du Latium contre la restitution des usines et pour la poursuite de la gestion directe. L’agitation se poursuivit jusqu’au 5 et 7 octobre, date à laquelle l’accord pour l’application de ce qui avait été convenu au niveau national fut également conclu dans le Latium.

Preziosi n’était . pas membre des Arditi del popolo mais était signalé comme l’un des plus actifs dans l’opposition au fascisme puis comme l’un des anarchistes les plus dangereux en contact avec le groupe d’exilés parisiens dont Angelo Diotallevi.
L’attentat de Lucetti contre Musolini et la réaction déclenchée par le fascisme (seulement à Rome la nuit de l’attentat, 500 personnes avaient été arrêtées) n’arrêta pas l’activité de Preziosi. même si le 19 décembre 1926 Damiani,exilé à Marseille pour publier la feuille Non molliamo, communiquait à Fedeli les nouvelles venant de Rome "et indiquait comment même les anarchistes les plus éminents avaient été impliqués, ainsi que la liste des noms de ceux qui étaient sur le point d’être envoyés en détention : Anselmo Preziosi,. Natale Capecchi, Ario Martella". Prziosi était en fait le secrétaire d’un "Comité secret" pour la reconstitution des groupes anarchistes et un membre actif du comité Pro vittime politiche et organisait les réunions clandestines entre pour lever des fonds pour de la défense de Lucetti.
Surpris par la police, Preziosi fut arrêté avec les autres personnes présentes et condamné, à 5 ans d’isolement (il fut interné à Lampedusa, Ustica, Ponza) à partir du 28 décembre 1926.

En novembre 1927, la police signalait qu’aux cotés de Gino Bianchin, Giuseppe Luzzi, Oddo Nisi, Carlo Tommasini, GiuseppeMessinese, Domenico Guadagnini, , Vicenzo Perrone, Natale Capeechi et Giovannni Ciampolino, Anselmo Preziosi avait été nommé comme un des délégués anarchistes au comité intérieur des relégués à Ustica.

A la fin de sa pine, il retournait à Rome le 28 décembre 1931 et était immédiatement placé sous surveillance attentive car il était réputé "organiser des complots et commettre des attaques" et était également inscrit dans la "Rubrique des Frontières" pour empêcher son expatriation ; Preziosi reprenait cependant son activité politique. Arrêté trois jours seulement après son retour pour propagande subversive et contre le régime, Preziosi était de nouveau condamné à l’emprisonnement (25 janvier 1932) pour une nouvelle période de cinq ans, puis réduite à trois et envoyé à Ustica. Il fut libéré sous condition à l’occasion du dixième anniversaire du régime, retourne à Rome et continua d’être considéré comme l’un des représentants anarchistes les plus influents et les plus dangereux, car son long militantisme le plaçait au centre des contacts et des connexions entre l’Italie et l’étranger. Désormais également inscrit sur les listes des personnes à arrêter dans certaines circonstances, Preziosi fut régulièrement arrêté lors de toutes les cérémonies officielles du régime et chaque fois que le fascisme le considérait comme un danger pour l’ordre.

Cependant, à partir de 1934, Preziosi ne semble plus mener une propagande active ou particulièrement évidente et intense, tout en restant fidèle à ses idéaux et à être surveillé par le régime.

Considéré comme encore dangereux, au début de la guerre, il fut de nouveau arrêté et interné d’abord à Ventotene, puis (août 1943) dans le camp de Renicci à Anghiari où il fut libéré en septembre 1943. Preziosi reprenait alos son activité à Rome.

Au cours de l’été 1944, il n’est pas tant signalé parmi les fondateurs de la Fédération Libertaria Laziale Comunista", que comme l’un des représentants les plus actifs de la renaissance des groupes de quartier. Groupes qui, en août 1945, se réunirent dans une conférence régionale au sein de laquelle "le débat se développe pour le prochain congrès national" à Carrare en septembre, au sein duquel la FAI a été fondée. Responsable de son organe Umanita Nova jusqu’à son décès en mars 1945, Preziosi . fut l’un des protagonistes - avec G. Forbicini, L. Damiani, A. Paolinelli, I. Aiati, C. Ciciarelli de la direction générale de la Fédération communiste libertaire (FCL) basée à Piazza Fammetta Rome, qui était en claire opposition à la Constitution, au PCI et , à la CGIL.

Anselmo Preziosi est décédé à Rome le 25 mars 1945.


Dans la même rubrique

0 | 5

PRIETO HERNANDEZ, Manuel
le 16 décembre 2019
par R.D.
PRETRE , Paul, Roger
le 11 novembre 2019
par R.D.
PRIQUELER, Guy
le 11 août 2019
par R.D. ,
Guillaume Davranche
PRINCEAU
le 26 novembre 2018
par R.D.
PRINCAULT
le 18 mai 2018
par R.D.