logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
AIZAWA Hisao
Né dans le département de Mie le 12 mai 1908 - Japon
Article mis en ligne le 7 août 2007
dernière modification le 6 mars 2012

par R.D.
logo imprimer

Hisao Aizawa, cinquième fils d’Aizawa Eijiro, enseignant à Tsu dans la préfecture de Mie, fit ses études au collège préparatoire de l’université Waseda, puis à partir de 1938 à l’université elle-même, d’où il sortit diplômé de lettres en 1931. Au collège préparatoire il était entré en contact avec un groupe de recherches anarchiste et en 1927 fit la connaissance d’un autre étudiant Yasushi Suzuki, un des futurs personnages centraux du mouvement de la jeunesse rurale (qui sera arrêté en 1935 lors de l’affaire dite « de la jeunesse rurale »). Cette rencontre le fit adhérer au mouvement anarchiste. En 1928 il adhérait à la Société du Front Noir (Kokushoku sensen sha) puis après la dissolution de cette dernière à la Société du Drapeau Noir (Kokki Sha). Il participa en outre à la rédaction du journal Kokki (Drapeau noir). En 1932 il fonda avec Ichiro Irie et Sakan Endo le syndicat des employés de la région de Tokyo (Tokyo chiho shiyonin kumiai). Dès lors Aizawa oeuvra à l’union des groupes anarchistes très affaiblis par des scissions successives.

En février 1933 il se retira de l’Union nationale indépendante des syndicats ouvriers (Zenkoku rodo kumiai jiyu rengo kai) et devint rédacteur du nouveau journal Jiyu Rengo Shimbun (L’Union indépendante). En décembre 1933 dans le but de reconstituer le mouvement anarchiste japonais, il créa avec Yoshio Futami et Tei Nemura la Ligue anarcho communiste (Museifu kyosanshugisha renmei) qui devint en janvier 1934 le Parti anarcho communiste japonais (Nihon museifu kyosan to). Pour se procurer les fonds nécessaires, il participa à des actions illégales dont des attaques de banques. Il fut découvert et arrêté en novembre 1935 : ce fut le prélude à une arrestation générale des anarchistes dans tout le pays (Affaire du Parti annarcho communiste). Son rôle de dirigeant lui valut six années de prison. A sa libération le régime militaire avait réduit à néant les mouvements anarchiste et communiste

Œuvre : L’affaire du Parti anarcho communiste, dans la revue Kozo (Structures), juillet-août 1970 et suivants

P.S. :

Morinaga Eizaburo « Petite histoire du procés », 3è recueil, 1972 // Komatsu Ryuji « Les derniers moments du mouvement anarchiste japonais », Revue « Gendai to shiso » (L’époque contemporaine et la pensée), n°3, 1971 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international : le Japon (Editions Ouvrières) //


Dans la même rubrique

0 | 5

ALONSO HERENCIA, Juan
le 15 septembre 2018
par R.D.
AGERON, Marie
le 28 juillet 2018
par R.D.
ALGERI, Alessandro
le 2 mai 2018
par R.D.
AICARDI, Domenico, Masa
le 2 mai 2018
par R.D.
AFFILE, Pierre-Marie
le 2 mai 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10