BASTARD, Elisée, Joseph, Michel

Né à Bornel (Oise) le 20 janvier 1871 - Ouvrier polisseur - Saint Denis (Seine Saint Denis) - Londres
jeudi 11 août 2011
par  R.D.
popularité : 18%

Fiché comme anarchiste en août 1893, Elisée Bastard qui avait résidé à Villeneuve-la-Garenne, puis rue du Canal à Saint Denis, avait été jugé aux Assises en 1891. Il était considéré comme « très militant, ayant des habitudes de déplacement ». Le 19 février 1891, lors du tirage au sort à Saint Denis, plusieurs compagnons anarchistes dont Elisée Bastard avait bruyamment manifesté aux cris de "A bas la patrie ! Vive l’anarchie !", ce qui lui valut d’être poursuivi le 23 mars suivant avec Arthur Voyez, Nestor Ferrière, François Collion, Henry Decamps, François Pernin et Charles Galau. Tous furent acquittés à l’exception de Decamps condamné à 15 jours de prison. Bastard avait été auparavant condamné pour avoir volé un beefsteak chez le boucher pour lequel il travaillait.

A l’automne 1892, il fut signalé comme étant à New York (108è Avenue, West Street 76).

Le 29 octobre 1893, lors du meeting tenu à la salle du commerce pour protester contre l’exécution en Espagne de P. Pallas (voir ce nom) et de l’acte commis par Léauthier, Bastard s’était adressé au commissaire présent dans la réunion en ces termes : "On m’a dit qu’il y a dans cette salle un commissaire de police flanqué de trois sbires. Est il venu pour écouter ce que l’on dit ou pour m’arrêter après ? Ou est il venu pour se faire sauter comme ses copains de la rue des Bons Enfants ? Si vous êtes venus ici pour écouter ce que l’on dit, alors écoutez moi bien, je veux vous donner un bon conseil : ce soir, en rentrant chez vous, dans votre bureau, foutez un grand coup de pied à la table et dites merde pour ce sale métier, et rentrez dans la vie des travailleurs comme nous". Puis avant de prendre à partie la bourgeoisie, il avait également incité les journalistes présents à ne pas écrire des mensonges terminant par "Vaches de journaleux, tâchez donc de bien faire votre métier de mouchard !"

Le 1er janvier 1894, lors de la rafle suivant l’attentat de Vaillant à la Chambre des députés, il avait été, avec son père Joseph, l’objet d’une perquisition où la police avait saisi diverses brochures anarchistes mais les avait laissé tous deux en liberté. Il avait échappé à la rafle de février 1894 où avaient été perquisitionnés et arrêtés près de 2.000 militants dans toute la France et avait été déclaré "en fuite".

Selon Rudolf Rocker qui, en 1894, résidait à Saint-Denis, et qui lui avait été présenté par Jean Wollmann, il était alors "l’un des orateurs anarchistes les plus connus de cette période et un excellent camarade". En août 1894 il fut impliqué dans le procès des trente mélant théoriciens de l’anarchisme (19) et voleurs de droit commun (11) . Il fut acquité comme la plupart des accusés et se réfugia à Londres. Dans les années 1890 il figurait sur une liste d’anarchistes établie par la police des chemins de fer en vue de la surveillance des déplacements de ces militants.

Il y a peut être identité avec Bastard, qui en 1893 avait été arrêté avec 4 autres compagnons dont Roussel en train d’afficher des placards près de l’hôtel particulier de Maurice Barrès et qui en était venu aux mains avec des membres de son personnel voulant arracher les affiches. Barrès avait alors porté plainte les accusant d’avoir voulu piller son hôtel. Lors du procès à l’automne 1893, Bastard , comme Roussel, n’avaient écopé que d’une amende de 50 francs.


Sources : Fichier Bertillon // C. Bantman « Anarchismes et anarchistes… », op. cit.//R. Rocker "La juventud de un rebelde...", op. cit.// Le Père Peinard, 22 & 29 mars 1891, 8 octobre 1893 // Arc. Nat. F7/12507, F7/12508 // APpo BA 77 , BA 78 //


Brèves

7 juillet - FONDS D’ARCHIVES COMMUNISTES LIBERTAIRES (Montreuil)

Quoi de neuf au Fonds d’archives communistes libertaires ?
Il y a six mois était inauguré le (...)

28 juin - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)

3 août 2016 - 24 août 2016 HOMMAGE AUX COMPAGNONS ESPAGNOLS DE LA NUEVE (2è DB)

http://24-aout-1944.org/24-aout-1944-24-Aout-2016