logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
SEGARD, Philogène, Ferdinand
Né le 25 avril 1858 dans la Somme - Journalier – Saint Denis (Seine Saint Denis)
Article mis en ligne le 8 février 2013
dernière modification le 9 septembre 2017

par ps
logo imprimer

Membre du groupe La Jeunesse libertaire et responsable de la bibliothèque du groupe anarchiste de Saint Denis à la fin des années 1880 et demeurant 30 route d’Aubervilliers, Philogène Segard travaillait semble-t-il à l’usine à gaz du Landy.

Suite uite aux incidents du 1er mai 1891 à Levallois, il s’était brièvement réfugié à Londres avec Désiré Pauwels. Puis il fut en relation avec les compagnons réfugiés à Londres – notamment Henri Defosse (s’agit il de Pauwels qui après son retour en France utilisa le nom de Claide Defosse ?) - dont il recevait les correspondances à redistribuer en France. Comme de très nombreux compagnons, tant à Paris qu’en banlieue et en province, il fut arrêté le 22 avril 1892 préventivement à la manifestation du 1er mai. Il demeurait toujours 30 route d’Aubervilliers.

En décembre 1892, un certain Louis-Albert Prudhomme dit Valentin avait été perquisitionné à Varangeville,près de Nancy avec deux autres compagnons : Meunier (qui était en fait Pauwels) et Calixte David (qui serait en réalité Elisée Bastard). Selon la police Prudhomme était en fait Philogène Segard.

En 1893 il fut suspecté d’avoir été l’auteur, avec Bastard, du placard Mort aux voleurs et, au début de l’année, d’avoir participé avec entre autres Pennelier, Ouin et Bruneau à l’affichage d’un manifeste anti patriotique lors des opérations de tirage au sort.

Le 1er janvier 1894, lors de la rafle suivant l’attentat de Vaillant à la Chambre des députés, il fut l’objet d’une perquisition où la police avait saisi de la correspondance, des brochures, un drapeau noir et un poinçon. Il fut alors arrêté ainsi que son père et le compagnon Defosse qui était de passage. Le 26 ou 27 février suivant il fut, semble-t-il, l’objet d’une nouvelle perquisition où furent saisis des journaux et brochures anarchistes et où, alors qu’il était absent, son père fut arrêté.

P.S. :

Sources : C. Bantman « Anarchismes et anarchistes… », op. cit.// Le Père Peinard, année 1892 // Arc. Nat. BB 186461, F7/12507, F7/12508 // La Révolte, année 1888 // APpo BA 78, BA 1500 //


Dans la même rubrique

0 | 5

SEBASTIA GUARDIOLA, Vicente
le 10 novembre 2016
par R.D.
SENONQUE (ou SENOUQUE ?)
le 17 octobre 2016
par R.D.
SENTIS BIARNAU, Ramon « Floreal de la SONA »
le 17 août 2016
par ps
SELAS, Luis
le 21 juillet 2016
par ps
SEGUIER, Alfred
le 5 février 2016
par ps
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10