Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
Né à Angües (Huesca) le 16 janvier 1913 – mort le 25 octobre 2002
VISPE VILLELAS, Fabian
Ouvrier boulanger ; ouvrier métallurgiste - FAI -CNT – Angües (Aragon) – Albi (Tarn)
Article mis en ligne le 16 juin 2010
dernière modification le 7 septembre 2023

par R.D.

Militant de la CNT Fabian Vispe Villelas avait adhéré en 1934 aux groupes Eliseo Reclus et Bakunin de la Fédération anarchiste ibérique (FAI). Acteur dans le groupe théâtral local, il fut en 1935 délégué de presse et propagande de la junte locale de la CNT d’Angües.

Lors du soulèvement franquiste, il fut membre du Comité révolutionnaire et le 6 octobre 1936 participa à l’assemblée pleinière de Bujaraloz. Il participa également en février 1937 au congrès tenu par les collectivités à Caspe et fut, avec Carlos Sanchez, délégué de la Comarcale FAI à l’assemblée pleinière tenue par cette organisation à Alcaniz.

Le 25 octobre 1936 il s’était enrôlé dans la Colonne Roja y Negra à Apiés et avait été intégré dans la 6e Centurie sur la ligne de front de Gratal-Mondot-Carrascal de Igriés sous le commandement de Maximo Franco et Félix Grau. Le 1er décembre 1936 il avait été nommé lieutenant du segond bataillon de la deuxième compagnie. Le 6 janvier 1937 il participait à l’attaque de Las Lomas de Arascués et à la prise de Lierta.

Après la militarisation où la Colonne Roja y Negra devenait la 127e Brigade Mixte de la 28e Division, il suivit les cours pour officiers de l’École de guerre de Monzon. Nommé capitaine de compagnie, il fut grièvement blessé au thorax le 14 juillet 1938 lors de la défense de la gare de Mora de Rubielos, secteur de Puebla de Valverde (Teruel). Hospitalisé à Valence, Cuenca et Madrid, il fut évacué de Valence vers Barcelone en bateau le 23 décembre 1938. Puis il partait pour l’exil et le 10 février 1939 franchissait la frontière après, avec un groupe de compagnons, avoir tiré ses dernières cartouches contre les franquistes qui s’approchaient de la Colonie enfantine de la SIA à Ribas (Gérone).

Interné au camp d’Argelès pendant quatre mois, il fut ensuite envoyé au camp de Bram dont il parvint à sortir le 13 mai 1939 grâce à un oncle, Benito Vilellas, émigré économique en France. Pendant l’occupation, après s’être marié en 1940 avec une jeune française dont il aura trois enfants, il résida en Aveyron.

De mars 1945 à 1947 il travailla au Havre pour l’armée américaine puis s’installa à Saint-Juéry (Tarn) où il travailla comme ouvrier métallurgiste. Fabian Vispe a milité à la FL-CNT d’Albi ainsi qu’à la Libre pensée. Il fut le fondateur d’une bibliothèque appelée « Ateneo del pueblo ». Après la mort de Franco, il s’occupa de faire ériger un monument à la mémoire des victimes de la guerre civile. Au moment de son décès en octobre 2002, il était le secrétaire du Syndicat de métiers divers de la CNT en exil à Albi. Il est l’auteur de mémoires inédites.


Dans la même rubrique

VINCE, Alfred, Luc
le 26 janvier 2024
par R.D. ,
Dominique Petit
VITELOZZI, Tullio
le 27 octobre 2023
par R.D.
VITERI, Andrés
le 3 janvier 2023
par R.D.
VITALE
le 3 janvier 2023
par R.D.
VIRTEL
le 20 novembre 2022
par R.D.