Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
JOB, Eugène, François “D. BINEUR”
Né le 25 juillet 1862 à Paris XI - Chaisier - Paris
Article mis en ligne le 22 octobre 2015
dernière modification le 27 octobre 2023

par ps

Au printemps 1888, Eugène Job, qui demeurait 275 rue du Faubourg Saint-Antoine, avait été l’organisateur avec Ernest Lejeune d’une réunion antiboulangiste tenue salle Favié, organisé par les cercles socialistes révolutionnaires indépendants Les Egaux du XIIe, Le Réveil du XIe et L’Avant Garde du XXe, où prirent la parole Malato et Chalain et qui se termina par un pugilat entre partisans et opposants au général Boulanger.

Il s’agit sans doute du Job qui en août 1888 avait été l’un des premiers membres du Cercle anarchiste international qui venait d’être fondé par Cotée et se réunissait salle Horel, rue Aumaire.

Eugène Job, qui demeurait 8 impasse de la Loi, était membre au début des années 1890 des groupes socialistes indépendants L’Audace et La Libre entente, puis du groupe d’études sociales sociales Les Egaux du XXe qui à l’automne 1892 projetait d’éditer à partir de janvier 1893 un placard mensuel de propagande internationale anarchiste intitulé La Libre initiative dont il aurait été le responsable avec Petitjon et qui, semble-t-il, ne parut pas. En 1892 il demeurait, semble-t-il, 3bis Impasse des Souhaits. L’année suivante il appuyait l’idée de Denechère de fonder un quotidien anarchiste entre Le Père Peinard et La Révolte.

A l’été 1893, il avait décidé d’être candidat abstentionniste dans le XIe arrondissement lors des prochaines élections législatives. Il demeurait alors 50 rue d’Avron où en octobre il fut l’objet d’une perquisition.

Le 6 mars 1894, il avait été arrêté comme une dizaine d’autres compagnons à Paris et avait été inculpé pour "association de malfaiteurs". Il demeurait alors 65 rue d’Avron et avait été inscrit au fichier Bertillon. Il demeura ensuite 54 rue des Vignoles (20e).

Il y a sans doute identité avec Job, qui a printemps 1893 lors des élections avait organisé diverses réunions avec le compagnon Adolphe Bouchenez. Lors de l’une de ces réunions, le 8 avril 1893 à l’école de la rue des Orteaux il avait déclaré devant environ 150 auditeurs : « Travailleurs, ne vote pas, abstiens toi, répond à ceux qui te diront que l’abstention est une désertion, que la souveraineté du peuple ne se délègue pas, que tu n’as rien à espérer de ceux qui mendient tes suffrages, va dans les réunions leur cracher ton profond mépris et viens seconder par ton énergie, les futurs combattants de la révolution sociale. »


Dans la même rubrique

JUAN MONZON, Joaquin
le 2 juillet 2023
par R.D.
JOURDAN (père)
le 2 juillet 2023
par R.D.
JORIS, Alfred, Dieudonné
le 31 mai 2023
par R.D.
JUAN OLIVARES, Antonio
le 18 janvier 2023
par R.D.
JORQUERA Joaquin
le 12 janvier 2023
par R.D.