Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CONCORDIA, Germinale "MICHELE "
Né le 6 septembre 1913 à Mombaruzzo — mort le 13 novembre 1980 — FCL — Milan (Lombardie)
Article mis en ligne le 22 septembre 2023
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Suite à la chute du fascisme en juillet 1943 Germinal Concordia, militant de la Fédération communiste libertaire (FCL) avait été l’un des orgasateurs avec les frères Brioschi d’un des premiers groupes de partisans à Milan et qui opérait avec deux détachements basés dans la province de Pavie et au Val Tropia.
A l’été 1944 il aurait été arrêté après avoir tenté, pour échapper à la répression, de trouver un accord avec des représentants de la République sociale italienne, accord combattu par la majorité des compagnons milanais. Emprisonné à Brescia, il parvenait ensuite à s’évader avec l’aide d’un ingénieur qui effectuait des travaux de restauration de la prison et qui sera ensuite fusillé par les fascistes.
Revenu à Milan, il réorganisait le groupe qui en tant que Brigade Malatesta-Bruzzi qui adhérait, lors d’une réunion clandestine tenue à l’usine des frères Gola, aux Brigades Matteoti en tant que Brigade autonome libertaire commandée par Germinale Concordia Michele et Antonio Pietroapolo, Giuseppe Gainelli (commandant adjoint) et Mario Perelli (commissaire politique). La brgade fut active sur les communes de Mede, Corteleona, Inveruno, Miradolo, Bissone, Moteleone et le long de la rive du Po. Elle compta plusieurs centaines de combattants et avait été rejointe par un groupe d’anciens prisonniers anglais et un groupe de soldats slovaques déserteurs. Elle éditait également le journal clandestin Unione puis Rivoluzione. Elle participa à l’automne 1944 à de nombreux combats notamment à l’attaque de la caserne de San Giorgio et des installations allemandes sur le Po.

A l’hiver 1944 Germinale Concordia avait été arrêté avec entre autres Gino Bergonzi, Walter Capucci, le français Michel Chalafuer, Ondone Piazzaet Sandra Virotta et avait été emprisonné à San Vittorio. Il fut libéré lors des combats pour la libération de Milan et de la révolte des prisonniers au printemps 1945.

Après son arrestation la Brigade s’était dispersée en petits détachements qui allaient être actifs dans la zone de Pavie en collaboration avec la Brigade Garibaldi Le 1er avril 1945 la brigade avait attaqué le pénitencier de Lomello et avait permis l’évasion de plusieurs prisonniers.

Les 23-25 juin 1945 Germinale Concordia fut l’organisateur à Milan d’un congrès inter-régional communiste libertaire, puis il participa au congrès de la FAI à Carrare. Il collaborait alors au journal Il comunista libertario. A cette époque, avec notamment Pietropaolo, il proposa de transformer le mouvement libertaire en véritable parti poltique, participant à la statégie électoraliste en tant que « troisième force ».
Fin février 1946, avec notamment C. Pereli, Carlo Andreoni et Pietropalo il rompait avec l’anarchisme traditionnel et fondait une éphémère Fédération libertaire italienne avant de fonder en 1949 le Parti communiste national italien (de tendance Titiste).

Germinale Concordia est mort à Milan le 13 novembre 1980.

Œuvre : Saggio relazione storica sulle brigate Bruzzi-Malatesta, fondo Cavalli, Fondazione A. Kuliscioff ; L’ora libertaria, Roma 1946.


Dans la même rubrique

CONTINENTE, Julian
le 24 avril 2024
par R.D.
COMA CRUELLS, Vicente « El COJO » ; « PAIELLA »
le 21 avril 2024
par R.D.
COMA (José ?)
le 21 avril 2024
par R.D.
COMPAS, Jules, Filgence
le 8 avril 2024
par R.D.
COMBEL, Jules, Ferdinand
le 10 décembre 2023
par R.D.