Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
ZAMBONINI, Enrico
Né à Secchio di Villaminozo (Reggio-Emilia) le 28 avril 1893 – fusillé le 30 janvier 1944 - Mécanicien ; maçon - Gênes – Marseille (Bouches-du-Rhône) – Saint-Raphael (Var) – Liège – Barcelone (Catalogne)
Article mis en ligne le 13 juillet 2010
dernière modification le 27 octobre 2023

par R.D.
Enrico Zambonini

C’est pendant son service militaire en Lybie (1913-1919), qu’Enrico Zambonini, militant socialiste, était devenu anarchiste. Militant de la chambre du travail de Sestri Ponente, il s’exilait clandestinement en France en 1922 après avoir été agressé par un groupe de fascistes.

Installé à Marseille, il y participait aux activités des exilés italiens et travaillait dans une usine de produits chimiques. Puis à la fin 1923 il partait pour Saint-Raphael comme mécanicien ouvrier bûcheron puis comme responsable d’une coopérative du bâtiment. En août 1928, accusé d’un attentat contre un agent du consulat italien blessé d’un coup de fusil, il était traduit en justice mais finalement innocenté. Suite à des lettres anonymes venant d’Italie, il était arrêté le 29 novembre suivant au domicile du compagnon Ciuti. Remis en liberté provisoire le 24 janvier 1929, il partait alors pour Liège en Belgique où il allait partciper à de nombreuses réunions et aurait croisé le compagnon Sbardellotto.

En 1932 il partait pour Barcelone, mais à l’automne 1934 était arrêté en France avec sa compagne et condamné à un mois de prison pour infraction au décret d’expulsion. A sa libération il retournait en Espagne, où en juillet 1936, il participait aux combats et s’enrôlait comme milicien dans la section italienne de la Colonne Ascaso avec laquelle il allait participé aux combats de Huesca et d’Almudévar. En désaccord avec la militarisation, il retournait à l’arrière en avril 1937 et militait alors au syndicat CNT de l’alimentation de Barcelone. Lors des affrontements de mai 1937 avec les staliniens, il participait à la défense du siège du syndicat de l’alimentation et fut blessé grièvement au visage. Il fut par la suite l’un des organisateurs de la Colonie pour enfants qui ouvrit le 7 novembre 1938 à Pins del Valles.

Passé en France lors de la Retirada, il fut arrêté à Perpignan et interné au camp d’Argelès. En août 1942 il fut remis aux autorités italiennes à Mantoue et condamné à cinq ans d’internement à Ventotene. A la chute du fascisme, et comme beaucoup d’autres militants anarchistes, il ne fut pas libéré mais transféré au camp de concentration de Renicci di Anghiari ; pendant le transfert, il refusa de continuer, et fut interné à la prison de Arezzo dont il ne sera libéré que le 4 décembre 1943. Il entra alors en contact avec le mouvement clandestin et les partisans en Émilie. Arrêté le 21 janvier 1944 par les fascistes et transféré à la prison de Regio Emilia, Enrico Zambonini était condamné à mort par un tribunal spécial et fusillé le 30 janvier au polygone de tir de Reggio Emilia.


Dans la même rubrique

ZECCA, Vittorio
le 10 septembre 2023
par R.D.
ZAZZI, Maria
le 6 septembre 2023
par R.D.
ZARATE, Santos
le 17 décembre 2022
par R.D.
ZERBIB
le 19 juin 2020
par R.D.
ZACCAGNA, Domenico “Alessandro SCALI”
le 16 décembre 2019
par R.D.