Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
VANNI, Adriano
Né le 24 janvier 1900 à Giungay (Brésil) — mort le 6 juin 1954 — Ouvrier — FAI — USI — Piombino — Montigny-sur-Sambre (Belgique) — Luxembourg — Lyon (Rhône)
Article mis en ligne le 13 avril 2011
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Adriano Vanni avait été élevé par ses parents à Piombino où il avait adhéré très jeune au mouvement anarchiste. Mobilisé en Lombardie pendant la Première guerre mondiale, il était resté en contact avec le mouvement et, en mai 1918, avec d’autres militants révolutionnaires dont Dino Buonriposi, il saluait sa famille dans les colonnes du journal Il Martello (Piombino). Quelques semaines plus tard il désertait de son régiment et le 5 juillet était condamné à 7 ans de prison par le Tribunal militaire d’Alessandria.

Libéré suite à l’aministie de septembre 1919, il revenait à Piombino où il adhérait au groupe libertaire La Comune. Le 26 juin 1920 Vanni, qui était également membre de l’Union syndicale italienne (USI) fut avec Angelo Rossi, l’un des principaux prtotagonistes de l’insurrection libertaire de Piombino où un certain nombre de militants attaquèrent la Caserne de carabiniers avec des bombes et des fusils. Vanni qui ne savait pas utiliser un fusil, approvisionnait les chargeurs des autrres compagnons. Dans l’affrontement 35 personnes (dont 18 carabiniers) seront blessés Arrêté dans la soirée, Vanni fut jugé au printemps 1922 devant la Cour d’assises de Pise avec ses camarades dont Angelo Rossi, Oliade Bartolucci, Settimo Montauti, Egidio Fossi, Cesare Salvadori, Adelio Cantini, Selico Carlotti, Leonetto Bardi, Giuseppe Maggini, Secondo Filippelli, Rubino Bonucci et Illio Iacopini. Le 14 juin Vanni fut condamné à 12 ans, 6 mois et 2 jours de réclusion et à 2 ans de surveillance spéciale, sentence qu’il avait aceuilli par les cris de « Vive l’anarchie, à bas la justice bourgeoise ».

Détenu dans divers pénitenciers dont celui de Portolongone, Vanni retrouva la liberté le 2 octobre 1925 grâce à une amnistie. A la demande du Procureur de Florence, le 20 janvier 1926 un nouveau mandat de recherche était lancé contre Vanni qui, selon les autorités, n’aurait pas dû bénficier de l’amnistie. Adriano Vanni émigrait alors clandestinement en France où pendant quatre mois il allait rester à Paris avant de se stabiliser en Belgique à Montigny-sur-Sambre où il reçut aide et assistance du compagnon Agostino Gazzei. Il participait alors très activement à la propagande dans diverses villes de Belgique (Charleroi) ou de France (Grenoble).

Le 5 septembre 1929 il était expulsé de Belgique et gagnait le Luxembourg où il allait résider à Esch-sur-Alzette. Expulsé en juin 1930 il allait alors en France et s’installait à Lyon où il adhérait au cercle Sacco e Vanzetti et collaborait, sous le pseudonyme Walter selon la police, au journal Insorgiamo (Lyon, septembre 1931-juillet 1932) publié par Gusmano Mariani. A Lyon il fréquentait également le dissident communiste Alfredo Bonsignori dont il avait fait la connaissance au pénitencier de Portolongone. Il fut arrêté le 1er novembre 1931 et fut accusé d’avoir participé avec d’autres camarades à une aggression de fascistes italiens les 16 et 28 octobre précédent. Vanni qui était aussi l’un des diffuseurs à Lyon de Lotta anarchica (Paris, 1929-1933), quitta la région rhodanienne à la fin de l’année 1931 et gagna Marseille, puis, sous la menace d’un arrêté d’expulsion, la Corse en 1932.

En novembre 1932 il décidait de rentrer en Italie. Arrêté à son arrivée à Livourne, il était immédiatement incarcéré pour purger le reste de la peine datant de 1922. Libéré en février 1933 suite à une amnistie, il regagnait Piombino où il allait difficilement survivre, sans travail et menacé et battu par les fascistes. En juin 1940 il était interné au camp de concentration de Manfredonia, puis en novembre à celui de Pisticci où il allait rester jusuqu’à la chute du régime en septembre 1943.

Rentré à Piombino il y participa à l’insurrection populaire du 10 septembre 1943 puis à la Résistance contre les Allemands et aux combats de la Libération. Il participa alors, avec notamment Egidio Fossi, Lorenzo Anselmi et Dario Franci, à la reconstitution du mouvement libertaire à Piombino, à l’île d’Elbe et dans la région de la Maremma. Le 1er mai 1946 il intervint à Monterotondo Maritimmo à la cérémonie de réinstallation des plaques en l’honneur de F. Ferrer, Bruno Giordano et Cavalotti qui avaient été détruites dans les premières années du fascisme.

Ouvrier aux hauts fourneaux de Piombino, il participait à toutes les luttes ouvrières de l’immédiate après guerre et participa à divers congrès de la FAI. Il collabora également en juillet 1946 au numéro unique de la feuille « 9 luglio » (Piombino) comm&mirant l’assasinat le 9 juillet 1922 des compagnons Landi et Lucarelli par les fascistes.

Adriano Vanni est décédé à Piombino le 6 juin 1954.


Dans la même rubrique

VANDERAUWERA, Jean, Alphonse
le 31 mai 2023
par R.D.
VANDERAUWERA, Émile, Michel
le 31 mai 2023
par R.D. ,
Dominique Petit
VALVERDE LAZARO, José
le 11 janvier 2023
par R.D.
VALPIN
le 31 janvier 2022
par R.D.
VALLAT, François, Maximilien, Louis
le 2 septembre 2021
par R.D.