Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
ITO, Noe
Née à Imajuku (Fukuoka) le 21 janvier 1895 – assassinée le 16 septembre 1923 - Tokyo
Article mis en ligne le 9 juin 2011
dernière modification le 7 septembre 2023

par R.D.
Noe Ito

Fille d’un agent maritime ruiné, Noe Ito, à la sortie de l’école secondaire en 1909, avait travaillé quelque temps au bureau de poste de son village natal avant de gagner Tokyo où elle fut admise en 1910 dans un lycée de jeunes filles. Victime d’un mariage arrangé par sa famille, elle divorça en 1912 et devint la compagne d’un jeune professeur d’anglais stirnérien, Jun Tsuji, dont elle avait fait la connaissance au lycée et dont elle aura deux enfants.

Elle prit alors une part active à la société féministe des Bas-bleus (Seito sha) et fut membre de la rédaction de son organe Seito (Bas bleus, 1911-1916) où elle publia plusieurs essais, critiques et traductions sur le féminisme et dont à partir de 1915 elle fut la directrice. De moins en moins satisfaite par un mouvement féministe petit bourgeois, elle commença à s’intéresser aux questions sociales et devint anarchiste après avoir rencontré Sakae Osugi avec lequel, après avoir rompu en avril 1916 avec Jun Tsuji, elle allait désormais vivre et avoir quatre filles et un fils.

En janvier 1918 le couple s’installait dans le quartier ouvrier de Kameido à Tokyo et fondait la revue Bunmei hihyo (Critique de la civilisation) qui parut de janvier à avril 1918. Noe Ito milita activement dans le mouvement anarchiste et anarcho-syndicaliste et écrivit de nombreux articles dans les journaux édités par son compagnon, Rodo shimbun (Journal du travail), Rodo undo (Mouvement ouvrier).

En 1921 elle participa avec Kikue Yamakawa et Mae Sakai à la fondation de la Société des vagues rouges (Sekiran kai) la première organisation de femmes socialistes fondée au Japon.

Après les troubles sociaux qui suivirent le grand tremblement de terre de septembre 1923, elle fut arrêtée par l’armée le 16 septembre avec Sakae Osugi et leur neveu S. Tachibana (âgé de6 ans). Tous trois furent conduits au quartier général de la police militaire de Kojimacho où ils furent assassinés comme de nombreux autres militants socialistes, anarchistes, syndicalistes et Coréens. Leurs corps furent ensuite jetés dans un vieux puits.

Pour les venger plusieurs militants, dont K. Wada, Danjiro Furuta et Genjiro Miraki, tenteront ensuite maos sans succès d’assassiner le général Fukuda commandant du quartier général de l’armée au moment de ces assassinats.

Œuvres : - Œuvres complètes d’Ito Noe (en japonais, 2 vol, 1970).


Dans la même rubrique

IGLESIAS IGLESIAS, Julian « Tomas »
le 10 juin 2024
par R.D.
ISTACE Joseph, Léon
le 17 avril 2024
par R.D.
IGLESIAS, Florentino
le 24 mars 2024
par R.D.
IVANOV PAVLOV, Krastyo
le 16 février 2024
par R.D.
ISLACE, Léon
le 8 janvier 2024
par R.D.