Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BLESA MARTIN, Joaquin « QUIMET »
MLE - CNT – Barcelone (Catalogne) - Sète (Hérault) - Paris
Article mis en ligne le 10 mars 2024
dernière modification le 11 avril 2024

par R.D.

Militant anarchiste de Barcelone, Joaquin Blesa Martin Quimet travaillait dans les années 1930 dans l’un des bureaux de l’avocat Eduardo Berriobero, le dédfenseur des militants de la CNT.

Après avoir particpé aux combats de juillet 1936, il s’était incorporé à la Colonne Durruti, puis après la militarisation avait été membre de la 119e Brigade de la 26e Division (Colonne Durruti). Ultérieurement il fut membre du 7ème Bataillon de transport automobile composé majoritairement de militants de la CNT dont Manuel Huet, Salvador Solsona Gual, José Vidal Coma et Rafael Sangesundo entre autres.

Passé en France lors de la Retirada en février 1939, et après avoir sans doute été interné dans divers camps, il se trouvait à Sète en mai 1940 lors du déclenchement de la guerre. Vers la fin de l’été, il fut enrôlé comme cuisinier par Manuel Huet - qui y avait été engagé comme mécanicien - sur le petit bateau à moteur Dora dont Segunda Montero Conxita et Santiago Llorda faisaient également partie de l’équipage.C’est cet équipage qui en octobre 1940 allait évacuer vers Lisbonne un groupe de diamantaires juifs hollandais qui parvint par la suite à gagner les États-Unis.

Puis Huet, Segunda Montero, Blesa, Jaime Collado bientôt rejoints par Juan Zafon et sa compagne Lucia Rueda, allaient mettre sur pieds un réseau d’évacuation, appelé « Antenne maritime » qui en relations avec le réseau belge Sabot allait évacuer de nombreux soldats et aviateurs alliés, juifs et fugitifs de la zone occupée. Début 1941 « Antenne maritime » allait s’intégrer au groupe de Francisco Ponzan Vidal du réseau Pat O’Leary et continuer ses activités d’évacuation jusqu’au printemps 1943. Par ses bases maritimes et terrestres, l’Antenne parvint ainsi à évacuer vers l’Espagne près de 2000 personnes.

Joaquin Blesa fut sans doute arrêté puisque début 1942 il se trouvait gravement malade au camp du Vernet. Il avait ensuite gagné Toulouse, puis, avec notamment Liberto Ros et José Mariño Caballeda anciens membres de la Colonne Durruti, Paris.

Le 24 août 1944 il avait participé aux combats de la Libération place de la République avec notamment entre autres les compagnons Manuel Huet, Juan Zafon, Libverto Ros, José Mariño et Lucia Rueda. Ils y avaient retrouvé le compagnon Bullosa qui était le conducteur du half track Ebro de la 9e Compagnie de la 2e DB. C’est par son intermédiaire que Joaquin Blesa allait être incorporé « clandestinement » à la 9e Compagnie avec les compagnons Rosalench, Garcia, Liberto Ros, Manuel Huet et José Mariño. A bord du half-track El Kanguro, ils étaient chargés de récupérer sur le terrain des combats tout l’armement possible. Pendant huit semaines, lors de la campagne en Moselle, ils parvinrent ainsi à constituer des dépôts d’armes (notamment dans les Vosges) et à acheminer vers Paris les armes récupérées ensuite par l’organisation puis acheminées dans la zone frontalière pyrénéenne pour les groupes d’action libertaire.

Après avoir quitté la 2e DB en octobre ou début novembre 1944, Joaquin Blesa avait regagné Paris où à l’été 1945 il participait avec notamment Olegario Pachon, Juan Zafon, Manuel Huet et Miguel Campos à des réunions autour de Laureano Cerrada, secrétaire à la coordination de la CNT en exil, chargé de l’infrastructure clandestine de l’organisation. Il fut par la suite partie des équipes chargées de faire entrer en Espagne armes, hommes et fausse monnaie.


Dans la même rubrique

BONAMICI, Claudio
le 26 mai 2024
par R.D.
BONUCELLI Giuseppina
le 26 mai 2024
par R.D.
BLIN, Charles
le 5 avril 2024
par R.D.
BONET, Salvador
le 22 mars 2024
par R.D.
BONNET, François
le 7 janvier 2024
par R.D.